(Lecture VO) Stromheart: Roar, CARMACK Cora

J’écris cette chronique à chaud car je viens tout juste de terminer le premier tome de la saga Stormheart, Roar que j’ai reçu dans ma Fairyloot du mois dernier. Il est vrai que je suis abonnée depuis mars 2017 et je n’ai pas eu le temps de lire les romans proposés par cette box alors qu’ils me font tous énormément envie. J’ai d’ailleurs mis dans ma wishlist lecture de l’été Empress of a thousand skies de Rhonda Belleza qui je pense y viendra le mois prochain. Donc, je viens ici vous faire une chronique qui ne comportera pas de grands spoilers mais tout de même, je tiens à vous avertir que si vous lisez la suite de cet article : vous risqueriez d’avoir des surprises.

L’auteur

 

 

Cora Carmack a grandi dans une petite ville du Texas. Avant de devenir auteur de romance new adult, elle a travaillé dans différents domaines : commerce de détail, théâtre et enseignement. Elle vit aujourd’hui à New York.

 

 

Le résumé

« In a land ruled and shaped by violent magical storms, power lies with those who control them.

Aurora Pavan comes from one of the oldest Stormling families in existence. Long ago, the ungifted pledged fealty and service to her family in exchange for safe haven, and a kingdom was carved out from the wildlands and sustained by magic capable of repelling the world’s deadliest foes. As the sole heir of Pavan, Aurora’s been groomed to be the perfect queen. She’s intelligent and brave and honorable. But she’s yet to show any trace of the magic she’ll need to protect her people.

To keep her secret and save her crown, Aurora’s mother arranges for her to marry a dark and brooding Stormling prince from another kingdom. At first, the prince seems like the perfect solution to all her problems. He’ll guarantee her spot as the next queen and be the champion her people need to remain safe. But the more secrets Aurora uncovers about him, the more a future with him frightens her. When she dons a disguise and sneaks out of the palace one night to spy on him, she stumbles upon a black market dealing in the very thing she lacks—storm magic. And the people selling it? They’re not Stormlings. They’re storm hunters.

Legend says that her ancestors first gained their magic by facing a storm and stealing part of its essence. And when a handsome young storm hunter reveals he was born without magic, but possesses it now, Aurora realizes there’s a third option for her future besides ruin or marriage.

She might not have magic now, but she can steal it if she’s brave enough.

Challenge a tempest. Survive it. And you become its master. »

Mon avis

Ce qu’il faut savoir c’est que je lis peu en anglais. J’ai lu en tout quatre livres cette année alors que je m’étais donnée pour challenge d’en lire au moins un par mois (challenge rempli en juillet puisque j’en ai lu deux). Mais j’ai un niveau d’anglais assez bon à l’oral mais en ce qui concerne l’écrit, j’ai des lacunes. J’ai donc commencé Roar et je dois dire que le niveau est assez élevé. Ce n’est pas un roman que je conseillerai à tout le monde car il y a des termes que l’on peut ne pas comprendre. Par exemple j’ai compris que Cassius et Locke sont en réalité deux personnes à part que tardivement dans l’intrigue. Sérieux mais qui a l’idée d’appeler son enfant Locke Locke ? C’est assez confus. Mais, au final on s’y fait et je dois dire que j’ai eu un petit coup de cœur pour le personnage. Contrairement à Roar qui s’est pas mal rattrapé dans les vingt dernières pages du roman.

Avant de vous parler en profondeur du personnage féminin, je tenais à ce qu’on s’arrête sur la couverture du roman. La jeune femme blonde (qui perso m’a fait penser à Daenerys mais c’est parce que je suis dans ma session Game of thrones). On y voit Roar devant une tempête. Car il faut savoir que dans le roman, ce sont des chasseurs de tempêtes. Ils ont tous des pouvoirs pour capturer le cœur. Cora Carmack a eu là une idée de génie car jamais je n’aurai pensé à ce genre d’intrigue. En ce qui concerne sa plume, elle est légère mais soutenue à la fois. On a bien du mal à voir où elle nous emmène jusqu’à la destination finale.

But she had six days. Wars have been won, empires toppled and cities leveled in less time.

En ce qui concerne le personnage d’Aurora/Roar (décide-toi mémère parce que c’est chiant), elle oscille entre deux identités. La princesse et la femme. La princesse qui doit épouser Cassius mais découvre le secret de ce dernier et la femme qui veut apprendre à se défendre et qui est amoureuse d’un autre homme. Elle m’a rappelé Daenerys dans son évolution. Elle passe d’une femme faible à une femme forte, soutenue par la personne qui l’accompagne. C’est une personne sensible et elle m’a fait lever plusieurs fois les yeux au ciel, j’ai eu envie de la gifler/secouer/câliner. A la fin, on a envie d’en savoir un peu plus sur Roar et Locke. Ce roman m’a fait penser à The Curse. Il s’en rapproche pas mal. Je lui ai mis la note de 16/20 car j’ai véritablement été emballée par l’histoire.

Et si vous aimez les intrigues féministes, je vous le conseille !

Je vous embrasse !

Que la force soit avec vous !

Tiffanie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s