Les adeptes, JOHNSRUD Ingar

Pause dans mes services presse (histoire de ne pas trop vous saouler) et de chroniquer un livre que j’ai lu pendant mes vacances parce que non seulement je suis à la bourre dans mes chroniques de SP mais également mes lectures personnelles. Alors, je ne pense pas pouvoir tout chroniquer (et sans doute refaire des petits articles où je vous en présente cinq d’un coup) parce que j’ai un débit de lecture trop important comparée à ce que je chronique donc il est humainement impossible que je chronique vingt-sept livres en si peu de temps. Mais aujourd’hui je reviens vous parler d’une lecture qui n’est pas DU TOUT légère. Mais plutôt un bon vieux thriller.

L’auteur

Ingar Johnsrud est un célèbre journaliste norvégien. Johnsrud fait ses débuts littéraires en 2015 avec le thriller ‘Les adeptes’, premier volet d’une trilogie. Salué par la critique, Ingar Johnsrud est perçu comme l’une des étoiles montantes de la littérature policière scandinave. Ingar Johnsrud vit avec sa femme et ses trois enfants à Oslo. (On admettra que le monsieur n’est pas trop mal) source : babelio

Le résumé :

«Pour le commissaire Fredrik Beier, cette affaire s’annonçait comme une simple enquête de routine, dans sa vie monotone et procédurière : la disparition d’une jeune femme et de son fils, membres tous deux d’un groupe de fondamentalistes chrétiens, baptisé  » La Lumière de Dieu « . A ce détail près qu’il s’agissait de la fille de Kari Lise Wetre, une femme politique charismatique et très en vue au sein du parti social-démocrate norvégien. Et que ladite  » Lumière de dieu « , engagée dans une apparente vendetta religieuse, se révèle servir de paravent à de monstrueuses expérimentations sur des sujets humains, dans le cadre de recherches scientifiques visant à perpétuer la pureté de la race blanche. Scènes de massacre, mutilations, attentats. Commence alors la chasse à l’homme, avec l’intrusion d’un sniper sans visage déterminé à éliminer tous les témoins, toutes les traces. C’est ainsi que la modeste enquête de Fredrik Beier est devenue une affaire d’Etat. Elle menace à présent de lever le voile sur un tabou en Norvège : la collaboration avec l’Allemagne nazie durant la Seconde Guerre mondiale. Secondé de sa partenaire, l’étonnante Kafa Iqbal, Fredrik ne devra négliger aucune piste, aucun indice, dans cette plongée en eaux troubles, qui brouillera ses repères et fera vaciller ses dernières certitudes… »

Mon avis :

Je vous avouerai qu’en littérature slave, je n’ai lu que Millénium (je n’ai lu que le premier) et un autre dont je n’ai pas retenu le nom (mais la chronique doit être sur mon blog). Donc, je suis partie avec un apriori pas forcément positif. Un bon vieux cliché. J’ai mis du temps à rentrer dans le livre car l’ambiance est assez sombre. Donc au niveau des personnages nous avons Fredrik qui est un commissaire en charge d’une affaire, son ex-femme Alice, Andreas, son co-équipier et Kafa qui est une inspectrice. Pendant tout le long de notre lecture nous suivons ces personnages qui enquêtent sur la disparition de la fille de Kari qui faisait parti d’une secte. On en vient rapidement à des histoires sur la seconde guerre mondiale. Ce qui est assez traumatisant car on se rend compte des horreurs qui ont été perpétrés à l’encontre des homosexuels, des handicapés. Il ne s’agit pas ici de races mais de quelque chose de bien plus profond. Si je me suis intéressée à la lecture Des adeptes c’est parce que j’ai Les Survivants en service-presse et que dire si ce n’est que j’ai bien fait.

La culpabilité, c’est comme la Lune. Elle n’éblouit pas tout, mais elle est toujours là. Et la nuit, c’est pire.

Pendant le premier tiers du roman, on a sans doute du mal à rentrer dans l’histoire. C’est un peu brouillon et ça reste un énorme sac de nœuds. Un peu comme le Pokémon. Tout le long du roman, on suit donc Fredrik et Andreas lors de leur enquête et au fur et à mesure, on a l’impression de tirer sur les extrémités du nœud pour le délier. Cependant, il faut s’accrocher. Ce n’est pas le genre de lectures où l’on peut lire les lignes en demi-teinte. On doit s’investir et se concentrer pour tout comprendre. Et à la fin, on est mode « OMG » lorsqu’on découvre tout. Donc, je ne peux que vous conseiller ce livre si vous aimez le genre thriller avec un peu de gore. Oui, oui. Donc, je lui ai mis un très bon 16/20. Et je lirai la suite avec plaisir.

(la musique n’a rien à voir mais je devais mettre du Linkin Park car depuis la disparition de Chester, je suis en PLS. #ripmonadolescence)

Et vous, vous l’avez-lu ?

Je vous embrasse!

Que la force soit avec vous!

Tiffanie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s