Les chroniques des fleurs d’opale, tome 1 : La candeur de la rose, partie 1, IELENNA

Je m’excuse encore du retard que j’ai pris dans mes chroniques mais je dois admettre que je ne suis pas trop en forme en ce moment. En plus, j’ai l’impression de n’écrire que des services presse donc je reviens aujourd’hui pour vous parler de l’une de mes lectures assez récentes puisqu’il s’agit de Les chroniques des fleurs d’Opale de Ielenna.  C’est une auteure vachement sympa qui a mis en place un groupe de lecture et qui auto-édite ses livres. Je me les suis procurée en ebook car le prix étant assez onéreux, je n’avais pas les fonds pour me les acheter.

L’auteure

Ielenna est auteur de multiples textes: fantasy, historique, science-fiction, fanfiction, depuis 2006. Elle est fondatrice et présidente d’une association de jeunes auteurs, Génération Écriture, depuis 2010. Au quotidien, elle travaille comme ergothérapeute dans son propre cabinet.

 

 

Le résumé

« Si seulement j’avais su combien ma vie allait basculer. Comment l’enfer m’aurait enchaînée. Si seulement j’avais pu entrevoir les rouages du destin. Les rencontres comme les pièges, les obstacles comme les révélations. Si j’avais su mieux distinguer bontés et malveillances. Amours, amitiés ou loyautés. Cette histoire serait toute autre. Mon histoire. Preuve que même les Dieux ne peuvent tout savoir. Rare rescapée du massacre de son village natal, Diphtil, une jeune fille du peuple de l’Air, est sauvée en territoire ennemi grâce au symbole étrange qu’elle porte sur le front. Elle serait la cinquième fille de la Déesse Aveugle. Séquestrée dans un monastère et manipulée par le prêtre Sarïn qui compte la livrer au roi une fois ses pouvoirs éveillés, elle est libérée par son frère, Naid, qui la persuade de partir avec lui. Sauf que les terres de l’Edenor sont semées de dangers et que la cruauté de certaines personnes, hantées par la haine et la guerre, s’oppose à la candeur de Diphtil, avide de découvrir ce monde dont elle a si peu joui. Mais avant tout, elle veut échapper à son destin. Est-ce possible, lorsque l’on est vouée à devenir une Déesse ? »

Mon avis

A savoir que le roman est assez volumineux et assez long à lire. En effet, comme l’a dit Elodie (que vous commencez à connaitre), les caractères sont assez petits et on peut avoir du mal à arriver au bout tant l’histoire est riche et addictive quand on a passé le premier tiers du roman. Nous suivons donc l’histoire de Diphtil qui est une jeune fille issue du peuple de l’air, les Neltiads. Ceux-ci sont persécutés par les humains, les enfants de la Terre. Après le massacre de son village, elle est séparée de son frère Naïd et se retrouve emprisonnée par un prêtre qui reconnait en elle quelque chose. Je ne peux pas vous dire quoi sinon, je risquerai de vous spoiler. Et au grand jamais tu ne spoileras. On suit tout un tas de personnages comme Astiran (mon bébé), Naïd et Yasalyn. Alors ce qu’il faut savoir c’est que je n’ai pas du tout aimé le personnage de Diphtil. Sa manière de parler, de se tenir, je l’ai trouvé un brin pimbêche et coincée. Par contre, j’ai eu un mini-coup de cœur pour Yasalyn. C’est l’anti-héroïne de base. Naïd est également le frère que l’on rêverait d’avoir.

J’ai connu la Mort, je l’ai vue, je l’ai provoquée. Le sang et le froid m’ont, un temps, été familiers, la maladie et la peur furent la source de mes cauchemars. Mais en contrepartie, j’ai trouvé l’Amour, ai cueilli quelques étoiles de félicité. J’ai toujours en mémoire le sourire de chacun, le rire des disparus, les caresses d’une jeunesse éperdue et ses baisers si tendrement apposés. Des sensations ancrées à tout jamais dans mon âme d’immortelle. Condamnée à me ressasser les réminiscences douloureuses d’un temps que je regrette quelque part. Et j’ai aujourd’hui l’intention de t’en faire part.

Ma fille, voici mon histoire…

Sinon concernant la plume de l’auteure, elle est très riche et on sent qu’elle aime installer sa mythologie. Les différents dieux, la déesse suprême, des rebondissements et cette fin ! Est-ce permis de faire une fin pareille ? Donc, je ne peux que vous dire de foncer si jamais vous aimez la fantasy car cette première partie (qui a mon sens est plus un premier tome) est exquise. Seulement, il faut s’accrocher car c’est long, riche de détails et que c’est seulement vers la fin qu’on commence à apprécier Diphtil. J’ai donc mis un 17/20 et ça n’a pas été un coup de cœur parce que j’ai beaucoup trop levé les yeux au ciel à cause de Diphtil. Sa manière de parler, de se tenir, sa façon princesse en fait qu’on a envie de la secouer du début à la fin.

Et vous, est-ce que vous l’avez lu ?

Je vous embrasse !

Que la force soit avec vous !

Tiffanie

Publicités

2 réflexions sur “Les chroniques des fleurs d’opale, tome 1 : La candeur de la rose, partie 1, IELENNA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s