Dernier chapitre pour Le pays des contes, COLFER Chris (Saga coup de coeur)

Résultat de recherche d'images pour "once upon a time gif"

Je pense que c’est un secret pour personne mais j’adore les contes de fées et ses réécritures. Après vous avoir chroniqué le premier tome de la saga Le pays des contes écrit par Chris Colfer, j’étais en passe de faire la seconde mais ayant enchainé les autres tomes de la saga (2 à 6), je me suis dit qu’un article récapitulatif serait plus élogieux que de les faire une à une. Et puis soyons honnête, faire cinq chroniques est beaucoup plus long qu’une seule. Alors sans vous spoiler le restant de l’histoire, je vais m’efforcer de rendre hommage à ce très bel univers. Sachant que cinq romans sur six ont été des coups de cœur, je ne peux que tirer mon chapeau à l’auteur qui a su s’illustrer comme maitre du genre dans l’art des réécritures de contes de fées. Mais passons.

Le pays des contes, de quoi est-ce que ça parle ?

(Je vous joins le résumé du premier tome, ainsi que ma chronique ici pour éviter de vous spoiler)

couv43777280

Résumé : « Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner… Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout. Et pour cause ! Ce grimoire se révèle magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité. Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu’ils ont lues. Boucle d’Or est une criminelle recherchée, Blanche Neige dissimule un lourd secret, et le Petit Chaperon Rouge n’a même plus peur du loup. Pour rentrer chez eux, Alex et Conner n’ont qu’un seul moyen : rassembler huit objets magiques comme la pantoufle de Cendrillon ou encore des cheveux de Raiponce, tout en tentant d’éviter les foudres de la Méchante Reine. Car cette dernière semble avoir un plan machiavélique qui pourrait bien piéger les jumeaux dans cette étrange contrée. À tout jamais. »

Lire la suite

Publicités

{Service presse} Love, Simon; ALBERTALLY Becky #monthpride

Résultat de recherche d'images pour "month pride gif"

Je pense que ça faisait longtemps que je n’avais pas publié de chronique aussi tard. Mais je me suis dit que si je laissais ça au lendemain, j’allais être prise par cette immense flemme qui me caractérise et fait que j’ai environ une cinquantaine de chroniques en retard (au bas mot). En l’honneur de ce pride month, durant ce beau mois de juin ponctué d’éclaircis et d’orages, j’ai eu la chance grâce à NetGalley et Hachette Romans (qui avait mis ce livre en libre-service et que je remercie) de feuilleter et de dévorer Love Simon en un peu moins de deux jours. A savoir que dans le même genre de littérature, j’avais dévoré l’année dernière Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers (dont je n’ai toujours pas fait la chronique #shameonme) mais je me suis dit qu’avec la sortie du film le 27 juin et ce mois si particulier, il fallait que je vous en touche deux mots.

L’auteure

 Becky Albertalli

« Psychologue clinicienne américaine

« Simon vs. the Homo Sapiens Agenda » est son premier roman. » (Source : Babelio)

Le résumé

« Moi, c’est Simon. Simon Spier. Je vis dans une petite ville en banlieue d’Atlanta. J’ai deux sœurs, un chien, et les trois meilleurs amis du monde. Je suis fan d’Harry Potter, j’ai une passion profonde pour les Oréo, je fais du théâtre. Et je suis raide dingue de Blue.

Blue est un garçon que j’ai rencontré sur le Tumblr du lycée. Je le croise peut-être tous les jours, mais je ne sais pas qui c’est. On se dit tout, sauf notre nom. À part Blue, personne ne sait que je suis gay »

Lire la suite

You kill me boy, AYME Tina

Résultat de recherche d'images pour "unicorn tumblr gif"

Je crois que je commence à me faire trop rare sur mon blog. Ce n’est pas que j’aime plus chroniquer, c’est juste que je n’ai plus le temps. J’ai eu la mauvaise idée l’année dernière de me lancer dans les partenariats et au début comme une beauf, j’ai tout demandé pour me rendre compte que je n’ai pas envie de tout lire. Donc j’ai stoppé, j’achète et je lis toute seule comme une grande pour me faire mon avis. Alors depuis le début de l’année et je ne sais pas ce qui a fait le délocage, je lis beaucoup de Hugo New Romance. Je pense que je les ai tous lus (les derniers sortis) et j’en ai aimé très peu. Donc je reviens ce soir avec LE PIRE, ma pire lecture de 2018 et que dire… ce livre fut très risible à lire mais un fiasco total.

L’auteure

Tina M

Tina, auteure d’origine réunionnaise, vit dans l’ouest de la France avec sa famille. Après une adolescence à noircir des carnets entiers, des classeurs et des cahiers de toutes les histoires imaginaires qui fourmillaient dans son esprit, en grandissant, elle décide de se lancer. Et c’est le début d’une aventure fantastique. Un chapitre après l’autre, elle entame l’histoire d’une passion dévorante et d’un amour inconditionnel entre deux âmes sœurs. Passionnée de lecture, cinéphile et mélomane, elle est aussi hétéroclite que ses personnages. Ayant fait toutes ses études dans la mode, loin du monde de l’édition et de la littérature, rien ne prédisposait cette jeune femme à être l’écrivaine porteuse des maux et des rêves de toute une génération d’adultes en devenir.

Le résumé

You kill me boy, tome 1 par Ayme

« Entre amour passionnel et déchirement, Lexie et Austin découvriront les élans et les douleurs d’un amour sans limite.

Lexie est une jeune lycéenne brisée. Elle a perdu son meilleur ami et unique amour dans un accident de voiture alors qu’elle conduisait. Après qu’elle a tenté de noyer sa culpabilité dans les soirées et les drogues, son père lui impose un ultimatum. 

Entre un internement en maison de repos et un séjour chez sa grand-mère, Lexie choisit la seconde option et retourne à Mary Island, sur les traces de sa mère décédée. Mais alors qu’elle commence à remonter la pente, le destin décide de la mettre sur le chemin d’Austin. Jeune homme sombre, arrogant, caractériel et bien trop attirant pour que Lexie ne tombe pas dans ses filets. Les étincelles créées par leurs deux caractères incandescents allumeront un brasier qu’il leur sera bien difficile d’arrêter. »

Lire la suite