(Service presse) Et si j’aurai tué Adolphe ? MORIN Marcq

Parfois, on peut lire de courtes nouvelles comme celle-ci. Et si j’aurais tué Adolphe. Je dois dire que j’ai pas mal remis au lendemain cette lecture. En effet, étant incollable sur La première guerre mondiale, j’avais peur que ce roman soit trop difficile à lire, à suivre. Et pourtant, je n’ai pas été déçue. Je remercie donc NetGalley et les éditions Librinova pour leur envoi.

L’auteur

Gérard Demarcq-Morin fut remarqué par Jean Callens, directeur du Furet du Nord, qui lui permit dans les années 90 de publier romans et bandes dessinées en collaboration avec la Région Nord-Pas-de-Calais. Il a reçu en 1992 le prix Renaissance Française pour son roman « Le Grand Débord ».

Il est l’auteur de romans historiques qui offrent aux lecteurs une autre image du Nord .

« Et si j’aurais tué Adolphe »
« Le Diable en la cité »
« Le Sceptre de Pharaon »
« Le Diable en la Cité »
« Le Nichôt. Une fresque extraordinaire : à Lille et dans sa région, au XVIIe siècle »
« Le Grand Débord »
« Le Boutefeu »
« La Vierge d’équinoxe »  

Le résumé

« L’histoire se passe lors de la Première Guerre Mondiale, dans une famille ouvrière. La maison est occupée par des militaires allemands. La fillette trouve un ami en la personne de Heinz, un « bochevique », quand survient un dénommé Adolphe qui prend ses quartiers dans la maison.  Le récit raconté d’une voix enfantine, avec ses fautes de français, devient poignant au fur et à mesure qu’il se découvre sous le regard innocent de l’enfance. On découvre qu’Adolphe Hitler fut cantonné lors de la Grande Guerre non loin de Lille. Il servait comme caporal  et portait à vélo les messages entre le quartier général et le front. Adolphe Hitler a effectué plusieurs tableaux représentant des lieux et des paysages du Nord. La légende dit qu’il aurait eu un fils d’une jeune cuisinière qui servait à la Kommandantur. »

Lire la suite

Publicités

(Service presse) La mécanique du chaos, JOAD Tom

Encore un service presse. J’ai donc reçu il y a trois mois de la part du site NetGalley et des éditions Librinova. J’ai déjà reçu Mon petit cœur de pierre de la part de cette maison d’éditions que j’avais beaucoup apprécié. Mais cette fois-ci, ça ne l’a pas fait. Je pense que j’ai attendu trop longtemps pour le lire et du coup, le soufflé est retombé.

L’auteur

Tom Joad est le pseudo qu’a choisi l’auteur de « Strange Fish », un Thriller sur fond de ségrégation raciale dans le sud des Etats Unis.  Tom Joad est le personnage principal des « raisins de la colère », le célèbre livre de John Steinbeck. Un héros simple et humain en butte à la cruauté d’un système, qui broie les hommes au nom de la rentabilité.

Le résumé

« C’est parti, pensa Lana sans réfléchir. Ça va nous tomber dessus avec une puissance incroyable… Comme pour lui donner raison, un sifflement s’éleva du côté est. D’abord lointain, timide, semblable au chuintement d’une cocotte-minute. Et puis de plus en plus impérieux. Il devint vite assourdissant, terrifiant. Le ciel et la terre s’étaient mis à gémir, à hurler de concert. Et ça continuait de croître de façon exponentielle. Lana plaqua ses mains sur ses oreilles. Ses genoux s’entrechoquaient. Son coeur cognait douloureusement dans la poitrine. Elle vit dans le lointain les premiers grands pins qui tombaient les uns sur les autres comme des dominos. Elle avait déjà vu des tornades, mais ça c’était au-delà de tout ce qu’on pouvait imaginer. Le vent ne tournait pas, il fonçait en ligne droite comme un tsunami, et son souffle titanesque balayait tout sur son passage en une fraction de seconde… Seigneur ! Pensa Lana horrifiée. » »

Lire la suite

Les chroniques des fleurs d’opale, tome 1 : La candeur de la rose, partie 1, IELENNA

Je m’excuse encore du retard que j’ai pris dans mes chroniques mais je dois admettre que je ne suis pas trop en forme en ce moment. En plus, j’ai l’impression de n’écrire que des services presse donc je reviens aujourd’hui pour vous parler de l’une de mes lectures assez récentes puisqu’il s’agit de Les chroniques des fleurs d’Opale de Ielenna.  C’est une auteure vachement sympa qui a mis en place un groupe de lecture et qui auto-édite ses livres. Je me les suis procurée en ebook car le prix étant assez onéreux, je n’avais pas les fonds pour me les acheter.

L’auteure

Ielenna est auteur de multiples textes: fantasy, historique, science-fiction, fanfiction, depuis 2006. Elle est fondatrice et présidente d’une association de jeunes auteurs, Génération Écriture, depuis 2010. Au quotidien, elle travaille comme ergothérapeute dans son propre cabinet.

 

 

Le résumé

« Si seulement j’avais su combien ma vie allait basculer. Comment l’enfer m’aurait enchaînée. Si seulement j’avais pu entrevoir les rouages du destin. Les rencontres comme les pièges, les obstacles comme les révélations. Si j’avais su mieux distinguer bontés et malveillances. Amours, amitiés ou loyautés. Cette histoire serait toute autre. Mon histoire. Preuve que même les Dieux ne peuvent tout savoir. Rare rescapée du massacre de son village natal, Diphtil, une jeune fille du peuple de l’Air, est sauvée en territoire ennemi grâce au symbole étrange qu’elle porte sur le front. Elle serait la cinquième fille de la Déesse Aveugle. Séquestrée dans un monastère et manipulée par le prêtre Sarïn qui compte la livrer au roi une fois ses pouvoirs éveillés, elle est libérée par son frère, Naid, qui la persuade de partir avec lui. Sauf que les terres de l’Edenor sont semées de dangers et que la cruauté de certaines personnes, hantées par la haine et la guerre, s’oppose à la candeur de Diphtil, avide de découvrir ce monde dont elle a si peu joui. Mais avant tout, elle veut échapper à son destin. Est-ce possible, lorsque l’on est vouée à devenir une Déesse ? »

Lire la suite